Message à Monsieur Bruno Leroux ministre de l’intérieur

ministre de l InterieurLettre envoyée le 11 février 2017 - Au 4 mars 2017 aucune réponse.

 

Monsieur le ministre

Vendredi dernier à la fin de votre intervention sur Europe 1, vous avez évoqué les déboires enregistrés par le premier centre de déradicalisation qui s’est retrouvé désespérément vide, faute de candidats djihadistes volontaires

A la fin de votre interview, vous avez fait un appel auprès de ceux qui pourraient détenir des solutions pour faire face aux problèmes de radicalisation.

 

Animateur du site deradicalisation.fr et auteur de plusieurs livres sur le sujet, mes analyses m'ont amené à une conviction : la solution aux problèmes de radicalisation tient dans l'élévation des connaissances, des sciences et de la formation afin de s'opposer à l'obscurantisme.

Il est quasiment impossible de déradicaliser un fondamentaliste islamiste extrémiste. Il est plus facile de prévenir et informer ses proches et son entourage en leur donnant tout un ensemble d'arguments concrets et marquants pour s'opposer à toute les formes de croyances délivrées en opposition avec la science et les connaissances avérées. 

Si une partie de plus en plus importante des jeunes subissent l’influence d’une minorité convaincue par une foi dépravée, le devoir des parents ou des enseignants est de leur transmettre les savoirs universels partagés par l’ensemble de la communauté scientifique et dénoncer les contre-vérités qui peuvent être sournoisement révélés.

Exemple : 

Lorsqu’après chaque attentat les musulmans pacifiques dénoncent l’attitude et les actions des terroristes, ils évoquent un verset du Coran en disant que celui qui tue un innocent, c’est comme s’il avait tué tous les hommes. En conséquences, les extrémistes violents seraient en opposition avec la majorité des musulmans qui pratiquent leur religion de façon apaisée.

La réalité de la référence évoquée est toute autre et le verset complet est le suivant :  

[Sourate 5 - Verset 32 ]

"C'est pourquoi Nous avons prescrit pour les Enfants d'Israël que quiconque tuerait une personne non coupable d'un meurtre ou d'une corruption sur la terre, c'est comme s'il avait tué tous les hommes…"

La lecture du verset suivant est très révélatrice et précise la prescription :

[Sourate 5 - Verset 33 ]

"La récompense de ceux qui font la guerre contre Allah et Son messager, et qui s'efforcent de semer la corruption sur la terre, c'est qu'ils soient tués, ou crucifiés, ou que soient coupées leur main et leur jambe opposées, ou qu'ils soient expulsés du pays"

Contrairement à ce qui est généralement déclaré, ces versets autorisent à tuer ou mutiler cruellement ceux qui s’opposent à l’islam en tant que corrupteurs. Nous sommes donc loin des déclarations faisant référence à la paix et la non-violence.

 

Présenter cette vérité peut-elle être qualifiée d’islamophobie ?

 

De nombreux musulmans radicalisés déclarent que les fourmis parlent comme l’atteste le verset suivant : 

[sourate 27 – verset 18]

« Quand ils arrivèrent à la Vallée des Fourmis, une fourmi dit : “ô fourmis, entrez dans vos demeures, [de peur] que Salomon et ses armées ne vous écrasent [sous leurs pieds] sans s'en rendre compte”. ! «

Si la majorité des éthologues et des spécialistes du comportement animal ne confirment pas que les fourmis puissent avoir un langage structuré, qui peut croire que les fourmis françaises d’aujourd’hui connaissent le nom de François Hollande et dans le passé celui de Salomon ?

 

Suis-je un raciste haineux si je dénonce ce verset et la véracité de son contenu ?

 

Ainsi des centaines de versets controversés peuvent être confrontés à la logique, aux connaissances universelles, aux découvertes scientifiques, à la réalité historique et tout simplement aux règles naturelles ou aux valeurs de notre démocratie basées sur la liberté, l’égalité et la fraternité :

 

En termes de libertés, est-il possible d’accepter la notion d’esclavagisme et valider le verset suivant comme étant une directive divine permettant aux hommes de tromper leur compagnes : 

[Sourate 23 - Versets 5 et 6]

''...et qui préservent leurs sexes [de tout rapport]...si ce n'est qu'avec leurs épouses

ou les esclaves qu'ils possèdent...''

 

En terme d'inégalités, peut-on accepter que le témoignage des femmes soient de moitié la valeur de celui des hommes alors que la gente masculine est dix fois plus nombreuse en prison que celles du sexe opposé ?

[Sourate 2 - Verset 282]

«... Faites-en témoigner par deux témoins d'entre vos hommes; et à défaut de deux hommes, un homme et deux femmes d'entre ceux que vous agréez comme témoins, en sorte que si l'une d'elles s'égare, l'autre puisse lui rappeler...»

 

En terme de fraternité, est-il normal de laisser diffuser les versets suivants qui sont récités, anonnés ou psalmodiés continuellement chez les croyants pratiquants : 

[Sourate 60 - Verset 4]

“...Entre nous et vous, c'est l'initimitié et la haine jusqu'à ce que vous croyez en Allah !...”

[Sourate 5 - Verset 51]

''Ô les croyants ! Ne prenez pas pour alliés les Juifs et les Chrétiens”

[Sourate 8 Verset 65]

“Ô Prophète, incite les croyants à la guerre. S’il se trouve parmi vous vingt endurants, ils vaincront deux cents; et s’il s’en trouve cent, ils vaincront mille mécréants, car ce sont vraiment des gens qui ne comprennent pas.

 

Des centaines d’autres versets du Coran peuvent être opposés pour dénoncer la violence ou les croyances qui s’opposent aux sciences

 

Aujourd’hui les négationnistes de la shoah peuvent être condamnés. S’il n’est pas possible d’envisager une interdiction de la diffusion des versets présentant des contre vérités, présenter et dénoncer leur contenu auprès d’une large représentation de la population française permettrait de prévenir les phénomènes de radicalisation en marginalisant ceux ou celles qui tenteraient d’utiliser des arguments fallacieux.

 

Deux mois pour initier une campagne et marquer les esprits, c’est possible pour un ministère régalien.

 

Je suis bien entendu à votre disposition pour évoquer avec vous le contenu des possibilités

 

L'animateur du site deradicalisation.fr

Ce message s’adresse à Monsieur Bruno Leroux ministre de l’intérieur

 

Monsieur le ministre

Vendredi dernier à la fin de votre intervention sur Europe 1, vous avez évoqué les déboires enregistrés par le premier centre de déradicalisation qui s’est retrouvé désespérément vide, faute de candidats djihadistes volontaires

A la fin de votre interview, vous avez fait un appel auprès de ceux qui pourraient détenir des solutions pour faire face aux problèmes de radicalisation.

 

Animateur du site deradicalisation.fr et auteur de plusieurs livres sur le sujet, mes analyses m'ont amené à une conviction : la solution aux problèmes de radicalisation tient dans l'élévation des connaissances, des sciences et de la formation afin de s'opposer à l'obscurantisme.

 

Il est quasiment impossible de déradicaliser un fondamentaliste islamiste extrémiste. Il est plus facile de prévenir et informer ses proches et son entourage en leur donnant tout un ensemble d'arguments concrets et marquants pour s'opposer à toute les formes de croyances délivrées en opposition avec la science et les connaissances avérées.

 

Si une partie de plus en plus importante des jeunes subissent l’influence d’une minorité convaincue par une foi dépravée, le devoir des parents ou des enseignants est de leur transmettre les savoirs universels partagés par l’ensemble de la communauté scientifique et dénoncer les contre-vérités qui peuvent être sournoisement révélés.

 

Exemple :

Lorsqu’après chaque attentat les musulmans pacifiques dénoncent l’attitude et les actions des terroristes, ils évoquent un verset du Coran en disant que celui qui tue un innocent, c’est comme s’il avait tué tous les hommes. En conséquences, les extrémistes violents seraient en opposition avec la majorité des musulmans qui pratiquent leur religion de façon apaisée.

 

La réalité de la référence évoquée est toute autre et le verset complet est le suivant :  

[Sourate 5 - Verset 32 ]

"C'est pourquoi Nous avons prescrit pour les Enfants d'Israël que quiconque tuerait une personne non coupable d'un meurtre ou d'une corruption sur la terre, c'est comme s'il avait tué tous les hommes…"

La lecture du verset suivant est très révélatrice et précise la prescription :

[Sourate 5 - Verset 33 ]

"La récompense de ceux qui font la guerre contre Allah et Son messager, et qui s'efforcent de semer la corruption sur la terre, c'est qu'ils soient tués, ou crucifiés, ou que soient coupées leur main et leur jambe opposées, ou qu'ils soient expulsés du pays"

Contrairement à ce qui est généralement déclaré, ces versets autorisent à tuer ou mutiler cruellement ceux qui s’opposent à l’islam en tant que corrupteurs. Nous sommes donc loin des déclarations faisant référence à la paix et la non-violence.

 

Présenter cette vérité peut-elle être qualifiée d’islamophobie ?

 

De nombreux musulmans radicalisés déclarent que les fourmis parlent comme l’atteste le verset suivant :

[sourate 27 – verset 18]
« Quand ils arrivèrent à la Vallée des Fourmis, une fourmi dit : “ô fourmis, entrez dans vos demeures, [de peur] que Salomon et ses armées ne vous écrasent [sous leurs pieds] sans s'en rendre compte”. ! «

Si la majorité des éthologues et des spécialistes du comportement animal ne confirment pas que les fourmis puissent avoir un langage structuré, qui peut croire que les fourmis françaises d’aujourd’hui connaissent le nom de François Hollande et dans le passé celui de Salomon ?

 

Suis-je un raciste haineux si je dénonce ce verset et la véracité de son contenu ?

 

Ainsi des centaines de versets controversés peuvent être confrontés à la logique, aux connaissances universelles, aux découvertes scientifiques, à la réalité historique et tout simplement aux règles naturelles ou aux valeurs de notre démocratie basées sur la liberté, l’égalité et la fraternité :

 

En termes de libertés, est-il possible d’accepter la notion d’esclavagisme et valider le verset suivant comme étant une directive divine permettant aux hommes de tromper leur compagnes :

[Sourate 23 - Versets 5 et 6]

''...et qui préservent leurs sexes [de tout rapport]...si ce n'est qu'avec leurs épouses

ou les esclaves qu'ils possèdent...''

 

En terme d'inégalités, peut-on accepter que le témoignage des femmes soient de moitié la valeur de celui des hommes alors que la gente masculine est dix fois plus nombreuse en prison que celles du sexe opposé ?

[Sourate 2 - Verset 282]

«... Faites-en témoigner par deux témoins d'entre vos hommes; et à défaut de deux hommes, un homme et deux femmes d'entre ceux que vous agréez comme témoins, en sorte que si l'une d'elles s'égare, l'autre puisse lui rappeler...»

 

En terme de fraternité, est-il normal de laisser diffuser les versets suivants qui sont récités, anonnés ou psalmodiés continuellement chez les croyants pratiquants :

[Sourate 60 - Verset 4]

...Entre nous et vous, c'est l'initimitié et la haine jusqu'à ce que vous croyez en Allah !...

[Sourate 5 - Verset 51]

''Ô les croyants ! Ne prenez pas pour alliés les Juifs et les Chrétiens

[Sourate 8 Verset 65]

Ô Prophète, incite les croyants à la guerre. S’il se trouve parmi vous vingt endurants, ils vaincront deux cents; et s’il s’en trouve cent, ils vaincront mille mécréants, car ce sont vraiment des gens qui ne comprennent pas.

 

Des centaines d’autres versets du Coran peuvent être opposés pour dénoncer la violence ou les croyances qui s’opposent aux sciences

 

Aujourd’hui les négationnistes de la shoah peuvent être condamnés. S’il n’est pas possible d’envisager une interdiction de la diffusion des versets présentant des contre vérités, présenter et dénoncer leur contenu auprès d’une large représentation de la population française permettrait de prévenir les phénomènes de radicalisation en marginalisant ceux ou celles qui tenteraient d’utiliser des arguments fallacieux.

 

Deux mois pour initier une campagne et marquer les esprits, c’est possible pour un ministère régalien.

 

Je suis bien entendu à votre disposition pour évoquer avec vous le contenu des possibilités