Foire aux questions - Objections - Remarques

▓ Vous semblez faire un amalgame entre les islamistes radicaux et les musulmans de façon générale ?
Réponse : Non, la plupart des musulmans sont pacifiques, démocrates et respectueux de leur environnement social. S'il est parfois difficile de différencier et d'identifier un musulman parmi les dizaines de courants de pensées qui cheminent dans l'islam, il existe toutefois un point commun à l'ensemble de la communauté : le Coran. Les principes de déradicalisation qui sont présentés par le site deradicalisation.fr sont basés sur les versets qui prêtent à une interprétation différenciée amenant parfois à une intrangigeance, une intolérence et une violence de plus en plus récurente.

▓ Pourquoi est-il si facile de se convertir à l'islam et si difficile de déradicaliser les plus fondamentalistes ?
Réponse : Effectivement certaines vidéos disponibles sur internet permettent de convertir les personnes les plus fragiles en quelques minutes. Ensuite la passion dans une religion milénaire et séculaire crée une adiction à des pratiques rituelles qui font corps avec la pensée. Il est alors difficile d'ébranler les convictions surtout si elles existent depuis longtemps. Tout homme qui croit à ce qu'il considère comme une vérité absolue depuis des années aura du mal à reconnaitre que sa raison a été trompée. Même les preuves les plus avérées seront considérées comme une manipulation destinée à tromper les croyants qui sont confrontés en permamence aux mises en garde sur les tentatives de ce qui est considéré comme une corruption réalisées par des mécréants.

▓ Vous proposez des publications, des informations, des formations, des conférences ou des interventions en entreprises qui sont payantes, c'est surprenant !
Réponse : Le site deradicalisation.fr n'est pas subventionné. Sa gestion, sa promotion et son développement nécessitent des moyens financiers qui ne sont pas fournis par les autorités gouvernementales, nationales ou locales. C'est donc une prestation de formation d'interêt général qui est proposée.

▓ Votre action peut être considérée comme islamophobe.
Réponse : La démarche doit plutôt être considérée comme une islamologie et non islamophobie. L'islamophobie est une peur irraisonnée de l'islam et une hostilité envers tous les musulmans.  Dans notre cas, il n'y a pas de peur mais une analyse raisonnée basée sur une étude de l'islam et surtout de ses dérives sectaires. Même sans avoir fait dix ans d'études en médecine, il est possible de remettre en cause un médecin dont les patients auraient statistiquement des résultats de traitement qui seraient bien inférieurs à la moyenne constatée chez les autres pratiquants. Par ailleurs les démarches sont réalisées dans un esprit de paix et d'harmonie et ce sans armes, sans haine et sans violence. Ce ne sont pas les musulmans qui sont considérés mais les bases de leur religion et en particulier les versets violents ou incohérents du Coran.

▓ Que dites vous aux personnes qui vous traitent de racistes ?
Réponse : Le racisme est une forme de haine envers une communauté identifiée. Ce n'est nullement le cas ici. C'est un peu comme si on traitait de raciste une personne qui tenterait de convaincre un fumeur d'arrêter la cigarette et son addiction avec le tabac. La démarche ne vise pas les musulmans ou les fumeurs, mais le Coran ou le tabac. Ce n'est pas parce que vous dénoncez des dérives sectaires et la philosophie dont elles sont issues que vous pouvez être qualifié de raciste.

▓ Comme les fondamentalistes intégristes, vous interprétez parfois le Coran de façon littérale alors qu'ils faut resituer certains versets dans leur contexte.
Réponse : Cette théorie du contexte est la principale base d'argumentation des musulmans modérés qui souhaitent voir les versets violents effacés ou négligés.
Il y a trois problèmes dans position et cette forme d'interprétation :
1°) Le verset 106 de la 2ème sourate dit "Chaque fois que nous abrogeons un verset ou que nous le faisons oublier, nous en apportons un meilleur ou un semblable". Ce simple verset peut démontrer que Dieu n'est pas parfait puisqu'il se corrige lui-même en déclarant qu'il fait oublier les versets qu'il aurait déclaré dépassés. Nous sommes donc là dans une contradiction majeure puisque les versets existent toujours et qu'ils restent gravés dans le marbre du Coran.
2°) Si les versets violents ont été révélés dans des moments de tensions ou de guerre du temps de Mahomet et qu'ils ne seraient plus valables aujourd'hui, les fondamentalistes qui se sentent attaqués aujourd'hui dans leur spiritualité ou dans certains de leurs territoires, pourraient revendiquer qu'ils sont eux aussi dans un contexte qui les amènent à considérer les versets violents comme en phase avec l'actualité.
3°) Si Gandhi ou Nelson Mandella ont réussi à faire une révolution sans armes, sans haine et sans violence, pourquoi Dieu n'aurait-il pas doté Mahomet des mêmes qualités et des mêmes principes pour faire triompher ses idées sans épées. Le dieu du contexte incriminé serait-il un Dieu violent devenu ensuite un Dieu plus pacifique ?

▓ Pourquoi vouloir réduire le nombre de croyants musulmans puisque vous dites vous-mêmes que la majorité des pratiquants sont pacifiques et tolérants ?
Réponse : Effectivement la majorité des musulmans sont ouverts d'esprit et non violents. Toutefois en épousant l'islam et en se soumettant à ses dogmes, chaque croyant valide, parfois même sans le savoir, un ensemble de valeurs comprenant une part de parti pris incompatibles avec les démocraties et les bases républicaines. Comment accepter l'obscurantisme, l'inégalité entre les hommes et les femmes, l'esclavagisme et toutes ces contraintes qui font des musulmans des hommes et des femmes soumis à un dieu intolérant qui le fait savoir à travers un grand nombre de ses versets.

▓ Avez vous conscience de prendre des risques ?
Réponse : De nombreux détracteurs de l'islams ont été condamnés à mort ou exécutés dans les pays à majorité musulmane. C'est un fait. Nous avons encore en France une certaine liberté d'expression que nous devons conserver. Renoncer à exprimer ses points de vues reviendrait à limiter nos libertés. Pour autant, jamais dans l'ensemble du site deradicalisation.fr il n'est appelé à la violence. Jamais il n'est fait d'amalgame et de généralités. Si c'était le cas ces généralités seraient corrigées et précisées.

▓ Le véritable problème c'est la désespérance. Les jeunes qui font des actes terroristes ou qui rejoignent Daesh sont avant tout dans des situations personnelles économiques ou sociales qui les placent dans un sentiment d'injustice et de révolte contre l'autorité politique de leur pays d'accueil.
Réponse : Effectivement, en amont, beaucoup d'actions de préventions peuvent être améliorées à l'école, dans les milieux associatifs ou dans leur environnement urbain. De nombreuses actions ont déjà été faites et des moyens considérables ont été engagés par tous les gouvernements qui se sont succédés.
Si Mohamed Bouhlel à Nice était dans une situation personnelle difficile : mariage houleux, antécédents judiciaires, violence, instance de divorce, emploi à la dérive, la religion et la foi dans l'islam est devenue une issue de secours. Sans l'islam, comme un grand nombre de personnes désespérées et au bout du rouleau, le suicide aurait pu être une ultime solution individuelle. Avec l'islam et ses dérives sectaires, le suicide est remplacé par une forme de "mission divine" pour devenir un martyre afin de trouver dans le paradis un bonheur qu'il n'aurait pas trouvé sur terre. La démarche doit être de montrer que cette voie est sans issue et qu'elle est fondée sur un ensemble d'illusions basée sur des erreurs, des contradictions et des contre vérités que l'on peut trouver dans le Coran.

 Concrètement que faudrait-il faire pour lutter contre la radicalisation dans les prisons ?
Réponse : Il y a des milliers de prisonners qui sont radicalisés. Utiliser des imams ou des psycologues par centaine est contre productif et très couteux comme en témoigne les résultats obtenus. Il serait intéressant d'utiliser le réseau télé des prisons pour y diffuser des vidéos permettant de présenter de façon progressive des messages, des reportages, des témoignages et des informations qui puissent modifier la perception et les connaissances de bases des djihadistes et des fondamentalistes. Mieux encore serait de réaliser des didactitiels interactifs permettant de personnaliser la formation et de faire évoluer la perception et la pensée des plus radicalisés. En prison, le suivi de cette forme d'auto-formation à la déradicalisation pourrait faire l'objet de remise de peines.

 Il y a aujourd'hui beaucoup de charlatans qui utilisent la niche de la déradicalisation dans l'objectif d'obtenir des subventions ou dans une démarche d'intérêt personnel. Où vous placez-vous par raport à cela ?
Réponse : Le site deradicalisation n'est pas subventionné. Concernant les dérives de la déradicalisation, elles existent peut être ; elles peuvent être parfois inutiles ou inefficaces mais dans tous les cas elles participent à l'effort commun. La multiplicité des points de vues et des démarchent concourrent à la richesse de l'ensemble. C'est un peu comme chez les écologistes : il existe de nombreux courant de pensées et tout autant de solutions préconisées mais toutes finissent par converger dans le même objectif, c'est là l'essentiel.