Principes et arguments pour déradicaliser les musulmans fondamentalistes. Réflexions et actions réalisées sans armes, sans haine, sans violence dans un objectif de paix et d'harmonie.

  • Qu'est ce que la radicalisation ?

    Définition

    Qu'est ce que la radicalisation ?
    Le mot radical vient du mot racine. La radicalisation d'un musulman est un retour aux sources et aux bases fondamentales de l'islam en appliquant de façon littérale les versets du Coran.
  • Les principes de la déradicalisation

    Le champ d'action

    Les principes de la déradicalisation
    Un terroriste islamique était à l'origine innocent et pacifique. Il a suivi un chemin et des thèses qui l'ont conduit vers la violence et l'intolérance. La déradicalisation consiste à suivre le chemin inverse et développer une contre-argumentation.
  • Faire appel à l'intelligence plutôt qu'à la violence

    Les arguments

    Faire appel à l'intelligence plutôt qu'à la violence
    Les connaissances, le savoir, la logique, les faits scientifiques peuvent démontrer que les bases et les versets incohérents du Coran ne peuvent être l'oeuvre d'un dieu omniscient
  • Retrouver un sens à la vie

    La finalité

    Retrouver un sens à la vie
    La plupart des personnes qui se radicalisent trouvent dans leurs croyances une sublimation de leur vie terrestre. Si une multitude d'arguments peuvent convaincre les fondamentalistes qu'ils oeuvrent pour une cause injuste et infondée, il faut aussi leur proposer de retrouver les bases morales et vitales de leur destinée.

Les bases philosophiques de la déradicalisation pacifique :


"Il ne sert à rien de se battre.

Il vaut mieux convaincre que vaincre car celui qui est convaincu est vaincu alors que celui qui est vaincu par la force n'est pas convaincu !”

[Proverbe africain]

"On peut convaincre par la force de la vérité
On ne doit pas imposer la vérité par la force."
[Mathieu Ricard]

L’attentat de Berlin en 5 points de réflexions

 

attentat berlinUn acte terroriste qui ne sera malheureusement pas le dernier
C’est une évidence toujours répétée, la majorité des musulmans vont bien évidemment et heureusement condamner cet attentat. Malheureusement, quelles que soient les invocations et les bonnes volontés, les actes terroristes continueront. Placer des gendarmes ou des militaires dans tous les lieux public est impossible et ne fait que déplacer le problème.  Si les extrémistes ne représentent qu’une très faible proportion des islamistes, plus le nombre des musulmans est important, plus probable sera l’émergence de groupuscules ou de francs tireurs isolés qui se revendiqueront des thèses les plus fondamentalistes de l’islam en faisant appel aux versets les plus violents du Coran.

Rappelons qu'un récent sondage réalisé par l’IFOP montre que le quart des musulmans placent la charia au dessus des lois de la république. Sur ce quart combien sont prêts à tout pour suivre au pied de la lettre les versets du Coran les plus intolérants ?

L’origine profonde du passage à l’action des fondamentalistes
Un grand nombre de raisons justifient les démarches et les actions terroristes : le sentiment que leurs frères de religion sont agressés en Syrie ou ailleurs; le sentiment que l’occident et les mécréants pillent depuis longtemps les ressources des pays les plus pauvres; le sentiment de ne pas pouvoir être intégrés dans le pays où ses parents ont migré et dans lequel ils ont été exploités. Toutes ces raisons, justifiées ou non, sont propices à générer des attitudes hostiles vis à vis des pays qui sont déconsidérés et dégradés dans leur image. Si on ajoute à cela que les jeunes convertis ont été convaincus de vivre dans une société dépravée qui bascule dans un libertinage et la déréglementation sociale ( mariages gay, avortement,sexe dépravé…) Le cocktail est explosif dans la tête des plus fragiles.

 Le basculement dans la radicalisation
Sous la même influence que les extrémistes Corses ou Basques, les fondamentalistes islamistes sont issus du rang des personnes, souvent jeunes, qui veulent se révolter contre un système qui les dépassent et semble les opprimer. Si pour certains, l’objectif est de défendre un état ancien ou une identité ancestrale, pour les jeunes convertis à l’islam, l’objectif est de suivre une mission divine qui transcende leur vie terrestre.

 Trois pistes de solutions irréalistes
> La première solution pour régler le problème de la radicalisation islamique consisterait simplement à faire en sortes que les jeunes issus de l'immigration soient parfaitement intégrés à leur pays d'adoption. Cette première solution ne serait qu’un leurre puisque la radicalisation touche de nombreux pays y compris des pays à majorité musulmane.
> La deuxième solution consisterait à aider les pays pauvres ou instables à être suffisamment développés pour que leur population ne sombre pas dans la misère puis la révolte et la radicalisation. Le problème est que la France ou l’Europe ne peuvent accueillir toute la misère du monde comme elles ne peuvent pas non plus règler in situ tous les malheurs du monde.
> Troisième solution : puisqu’il a été possible de condamner les négationnistes de la Shoa, il devrait théoriquement être possible de condamner tous ceux qui nient ou professent des contre vérités scientifiques ou historiques. Autant il ne pose problème pour personne d’accepter que certains croyants puissent penser que Dieu, le paradis et des anges existent quelques part, autant le fait d’enseigner que la terre et l’univers ont été créés en 6 jours, que les fourmis parlent, que Noé aie vêcu 950 ans pose problème vis à vis des faits scientifiques avérés et démontrés. Condamner les négationistes de la science serait un pas de géant que personne ne veut franchir sans remettre en cause les convictions de plus de la moitié de la population mondiale.

Une solution plus concrète
S’il n’est donc pas possible de condamner les prêcheurs de contre vérités, il faut mettre en oeuvre tous les moyens nécessaires pour former et informer tous ceux et celles qui seraient susceptibles d’être hypnotisés par les sirènes de la foi fondamentaliste et obscurantiste. Si une personne informée en vaut deux, un peuple entier bien formé serait plus puissant qu’une armée de radicalisés. Quelle pourrait être l’action d’un imam qui tenterait de faire croire qu’en écoutant de la musique, on peut se transformer en singe “et” en porc ? Quelle serait l’influence d’un prêcheur de haine s’il professe sa foi en plein désert ou au milieu de personnes parfaitement documentées et éclairées ?