Principes et arguments pour déradicaliser les musulmans fondamentalistes. Réflexions et actions réalisées sans armes, sans haine, sans violence dans un objectif de paix et d'harmonie.

  • Qu'est ce que la radicalisation ?

    Définition

    Qu'est ce que la radicalisation ?
    Le mot radical vient du mot racine. La radicalisation d'un musulman est un retour aux sources et aux bases fondamentales de l'islam en appliquant de façon littérale les versets du Coran.
  • Les principes de la déradicalisation

    Le champ d'action

    Les principes de la déradicalisation
    Un terroriste islamique était à l'origine innocent et pacifique. Il a suivi un chemin et des thèses qui l'ont conduit vers la violence et l'intolérance. La déradicalisation consiste à suivre le chemin inverse et développer une contre-argumentation.
  • Faire appel à l'intelligence plutôt qu'à la violence

    Les arguments

    Faire appel à l'intelligence plutôt qu'à la violence
    Les connaissances, le savoir, la logique, les faits scientifiques peuvent démontrer que les bases et les versets incohérents du Coran ne peuvent être l'oeuvre d'un dieu omniscient
  • Retrouver un sens à la vie

    La finalité

    Retrouver un sens à la vie
    La plupart des personnes qui se radicalisent trouvent dans leurs croyances une sublimation de leur vie terrestre. Si une multitude d'arguments peuvent convaincre les fondamentalistes qu'ils oeuvrent pour une cause injuste et infondée, il faut aussi leur proposer de retrouver les bases morales et vitales de leur destinée.

Les bases philosophiques de la déradicalisation pacifique :


"Il ne sert à rien de se battre.

Il vaut mieux convaincre que vaincre car celui qui est convaincu est vaincu alors que celui qui est vaincu par la force n'est pas convaincu !”


[Proverbe africain]

"On peut convaincre par la force de la vérité
On ne doit pas imposer la vérité par la force."
[Mathieu Ricard]

antiracismeSelon le rapport annuel du ministère de l'Intérieur, nous avons enregistré un replis de près de 50% des actes anti racistes, antisémites et antimusulmans (44,7% pour être précis). A l'inverse, les atteintes aux lieux de cultes chrétiens ne cessent d'augmenter et représentent 90% des plaintes déposées. Le ministère a enregistré 949 actes en 2016, soit une hausse de 17,4% par rapport à 2015. Plus globalement, entre 2008 et 2016, les actes antichrétiens ont augmenté de 245%.

Comment expliquer cette progression ? Quelles peuvent être les personnes qui sont à l'origine de ces malversations ? La réponse semble être assez évidente même si elle peut être qualifiée de raciste ou islamophobe.

Bien que très minoritaires en France, les musulmans représentent probablement la communauté qui, par essence détestent les mécréants et en particulier les juifs et les chrétiens. Il y a dans le coran 163 références aux mécréants, citons quelques exemples :

Sourate 2 - verset 89
Que la malédiction d'Allah soit sur les mécréants !”

Sourate 2 - Verset 171

Les mécréants ressemblent à [du bétail] auquel on crie et qui entend seulement appel et voix confus. Sourds, muets, aveugles, ils ne raisonnent point.

Sourate 66 -verset 9

ô Prophète ! Mène la lutte contre les mécréants et hypocrites et sois rude à leur égard. leur refuge sera l'Enfer, et quelle mauvaise destination !

Sourate 4 - verset 101

Et quand vous parcourez la terre, ce n'est pas un péché pour vous de raccourcir la Salat, si vous craignez que les mécréants ne vous mettent à l'épreuve, car les mécréants demeurent pour vous un ennemi déclaré.”

Sourate 4 - verset 151

les voilà les vrais mécréants ! Et Nous avons préparé pour les mécréants un châtiment avilissant.

Sourate 8 - verset 65

“ô Prophète, incite les croyants au combat. S'il se trouve parmi vous vingt endurants, ils vaincront deux cents; et s'il s'en trouve cent, ils vaincront mille mécréants, car ce sont vraiment des gens qui ne comprennent pas.”

etc.

Sachant que théoriquement les musulmans doivent faire 5 prières par jours et qu’ils doivent réciter à chaque prière deux sourates, le martèlement des principes et des injonctions délivrées par le Coran fini immanquablement par entrer profondément dans l’ADN des musulmans pratiquants.

 

Remplaçons maintenant dans les versets précédents, le mot mécréant par le mot musulman :

Sourate 2 - verset 89

Que la malédiction d'Allah soit sur les musulmans !”

Sourate 2 - Verset 171

Les musulmans ressemblent à [du bétail] auquel on crie et qui entend seulement appel et voix confus. Sourds, muets, aveugles, ils ne raisonnent point.

Sourate 66 -verset 9

ô Prophète ! Mène la lutte contre les musulmans et hypocrites et sois rude à leur égard. leur refuge sera l'Enfer, et quelle mauvaise destination !

Sourate 4 - verset 101

Et quand vous parcourez la terre, ce n'est pas un péché pour vous de raccourcir la Salat, si vous craignez que les musulmans ne vous mettent à l'épreuve, car les musulmans demeurent pour vous un ennemi déclaré.”

Sourate 4 - verset 151

les voilà les vrais musulmans ! Et Nous avons préparé pour les musulmans un châtiment avilissant.

Sourate 8 - verset 65

“ô Prophète, incite les croyants au combat. S'il se trouve parmi vous vingt endurants, ils vaincront deux cents; et s'il s'en trouve cent, ils vaincront mille musulmans , car ce sont vraiment des gens qui ne comprennent pas.”

Peut-on imaginer un seul instant des écrits qui feraient références aux musulmans avec de tels qualificatifs et de tels appels à la violence ? Dans tout pays démocrate et pacifique, ces propos seraient interdits, condamnables et condamnés. A l’inverse le fait d’accepter et fermer les yeux sur ces préceptes assénés quotidiennement ne devrait pas être pris à la légère. Tout au moins pourrait-on ou devrait-on faire mentionner la mention “interdit aux moins de 18 ans” pour limiter la portée de tels propos.

 

attentat berlinUn acte terroriste qui ne sera malheureusement pas le dernier
C’est une évidence toujours répétée, la majorité des musulmans vont bien évidemment et heureusement condamner cet attentat. Malheureusement, quelles que soient les invocations et les bonnes volontés, les actes terroristes continueront. Placer des gendarmes ou des militaires dans tous les lieux public est impossible et ne fait que déplacer le problème.  Si les extrémistes ne représentent qu’une très faible proportion des islamistes, plus le nombre des musulmans est important, plus probable sera l’émergence de groupuscules ou de francs tireurs isolés qui se revendiqueront des thèses les plus fondamentalistes de l’islam en faisant appel aux versets les plus violents du Coran.

Rappelons qu'un récent sondage réalisé par l’IFOP montre que le quart des musulmans placent la charia au dessus des lois de la république. Sur ce quart combien sont prêts à tout pour suivre au pied de la lettre les versets du Coran les plus intolérants ?

L’origine profonde du passage à l’action des fondamentalistes
Un grand nombre de raisons justifient les démarches et les actions terroristes : le sentiment que leurs frères de religion sont agressés en Syrie ou ailleurs; le sentiment que l’occident et les mécréants pillent depuis longtemps les ressources des pays les plus pauvres; le sentiment de ne pas pouvoir être intégrés dans le pays où ses parents ont migré et dans lequel ils ont été exploités. Toutes ces raisons, justifiées ou non, sont propices à générer des attitudes hostiles vis à vis des pays qui sont déconsidérés et dégradés dans leur image. Si on ajoute à cela que les jeunes convertis ont été convaincus de vivre dans une société dépravée qui bascule dans un libertinage et la déréglementation sociale ( mariages gay, avortement,sexe dépravé…) Le cocktail est explosif dans la tête des plus fragiles.

 Le basculement dans la radicalisation
Sous la même influence que les extrémistes Corses ou Basques, les fondamentalistes islamistes sont issus du rang des personnes, souvent jeunes, qui veulent se révolter contre un système qui les dépassent et semble les opprimer. Si pour certains, l’objectif est de défendre un état ancien ou une identité ancestrale, pour les jeunes convertis à l’islam, l’objectif est de suivre une mission divine qui transcende leur vie terrestre.

 Trois pistes de solutions irréalistes
> La première solution pour régler le problème de la radicalisation islamique consisterait simplement à faire en sortes que les jeunes issus de l'immigration soient parfaitement intégrés à leur pays d'adoption. Cette première solution ne serait qu’un leurre puisque la radicalisation touche de nombreux pays y compris des pays à majorité musulmane.
> La deuxième solution consisterait à aider les pays pauvres ou instables à être suffisamment développés pour que leur population ne sombre pas dans la misère puis la révolte et la radicalisation. Le problème est que la France ou l’Europe ne peuvent accueillir toute la misère du monde comme elles ne peuvent pas non plus règler in situ tous les malheurs du monde.
> Troisième solution : puisqu’il a été possible de condamner les négationnistes de la Shoa, il devrait théoriquement être possible de condamner tous ceux qui nient ou professent des contre vérités scientifiques ou historiques. Autant il ne pose problème pour personne d’accepter que certains croyants puissent penser que Dieu, le paradis et des anges existent quelques part, autant le fait d’enseigner que la terre et l’univers ont été créés en 6 jours, que les fourmis parlent, que Noé aie vêcu 950 ans pose problème vis à vis des faits scientifiques avérés et démontrés. Condamner les négationistes de la science serait un pas de géant que personne ne veut franchir sans remettre en cause les convictions de plus de la moitié de la population mondiale.

Une solution plus concrète
S’il n’est donc pas possible de condamner les prêcheurs de contre vérités, il faut mettre en oeuvre tous les moyens nécessaires pour former et informer tous ceux et celles qui seraient susceptibles d’être hypnotisés par les sirènes de la foi fondamentaliste et obscurantiste. Si une personne informée en vaut deux, un peuple entier bien formé serait plus puissant qu’une armée de radicalisés. Quelle pourrait être l’action d’un imam qui tenterait de faire croire qu’en écoutant de la musique, on peut se transformer en singe “et” en porc ? Quelle serait l’influence d’un prêcheur de haine s’il professe sa foi en plein désert ou au milieu de personnes parfaitement documentées et éclairées ?

abdulrasheed 480909 960 720> Selon une enquête réalisée en France par l'IFOP en 2017 sur un échantillon national représentatif de plus de 1.000 personnes de religion ou de culture musulmanes...

29% des personnes interrogées déclarent que la loi islamique (charia) est plus importante que les lois de la République !

Cette enquête montre que plus d'un musulman sur quatre* place les lois religieuses et les croyances au dessus des lois de la république et des connaissances scientifiques.

*Ce pourcentage est même plus important chez les plus jeunes !

> Selon une autre étude réalisée par l'Institut Randstad et l'Observatoire du fait religieux en entreprise, la part des chefs d'entreprises rencontrant régulièrement le fait religieux au travail est de plus en plus élevée, avec 9% de cas conflictuels. Cette enquête témoigne de la banalisation du fait religieux au travail alors que son ancrage dans l’entreprise s’accélère.

65% des personnes interrogées en 2016 ont déclaré avoir observé des faits religieux au travail contre 50% en 2015 et 44% en 2014.

90 % des faits religieux sont liés à la pratique de l'islam.

> Autre exemple de chiffres éloquents : Le député Guillaume Larrivé, rapporteur du budget de la pénitentiaire, affirme qu'environ 60% de la population carcérale en France est de culture ou de religion musulmane avec un taux de radicalisation de près de 15%

Même si les statistiques sur les pratiques religieuses sont interdites en France, on peut estimer que la sur-représentation carcérale des musulmans s’élève à plus de 500% par rapport à leur représentation nationale.

En écrivant cela et en ne révélant que des faits et des chiffres avérés, une partie des intellectuels et des bon penseurs considèrent que publier de telles informations attisent à la fois la haine et les risques de conflits.

Dirait-on d'une personne qui cherche à persuader un fumeur d'arrêter la cigarette qu'il est « tabacophe » ? Non car la démarche est souvent sincère et désintéressée. Il en est de même pour les islamologues que l'on traite d'islamophobes.

Les fumeurs nient bien souvent la réalité des arguments de santé qui leur sont opposés. Pourtant chacun sait que le tabac tue et qu'il provoque des maladies graves parfois irréversibles...

Il en est de même pour l'islam. Un grand nombre de ceux qui opposent des arguments aux musulmans pratiquant l'islam ne font que constater les méfaits et les conséquences de l'adhésion à une religion qui peut être addictive et mène ses adeptes dans une voie sans issue et parfois fatale.

Il y a deux façons principales d'appréhender le problème. Celle de la majorité et du gouvernement d'un côté et la méthode qui est présentée ici de l'autre.
La première politique est suivie par la plupart des acteurs de la vie publique. Elle consiste à frapper Daesh encore plus fort, à renforcer les protections des biens et des personnes et à multiplier les préventions :
Pourtant :
> Bombarder les groupes islamistes pour les éradiquer ne fait que déplacer le problème. Toute action entraîne une réaction. Tel un hydre à plusieurs têtes, Daesh et d'autres formes de radicalisation ressurgirons ici ou là. La différence entre ceux qui soutenaient Hitler et ceux qui soutiennent les thèses extrémistes d'Allah, c'est que dans un cas, le gourou des pensées était mortel alors que dans l'autre il est immortel.
> Renforcer les protections est tout aussi illusoire. Multiplier les factions de police, surélever les murs ou multiplier les lieux protégés ne fait, là aussi, que déplacer le problème. Un voleur qui trouve porte clause et blindée ici, ira pratiquer ses malversations ailleurs. Inutile d'élever des barrages et des enceintes renforcées si je peux exercer ma volonté à l'intérieur. C'est le principe du cheval de Troie. L'ennemi vient bien souvent de l'intérieur.
> La multiplication des préventions peut dans certains cas conduire à des dérives sectaires. Au motif bien réel que la prison est un terreau du djihadisme, l’état multiplie le nombre des aumôniers musulmans pour qu’ils puissent tenter de raisonner leurs frères de religion. Dans le même ordre d’idée, même si l’initiative part de bons sentiments, le CPDSI, qui est un centre de prévention contre les dérives sectaires liées à l’islam, est dirigé par une personne qui est, elle même, une musulmane. Quels peuvent être alors les arguments de ceux qui considèrent le Coran comme la parole de dieu face aux plus extrémistes qui, eux aussi, font référence aux mêmes versets qu’ils interprètent au pied de la lettre ?
Toutes ces initiatives pourraient trouver gré aux yeux des observateurs si des résultats, même timides étaient enregistrés. Pourtant et malheureusement, les attentats se multiplient ici et là en prenant régulièrement des formes inattendues qui déstabilisent les peuples démocrates.
Quelles peuvent être alors les solutions ?
Elles partent prioritairement du fait et du constat que la violence entraîne la violence et que l’appel à l’intelligence sera toujours une meilleure façon de traiter un problème de radicalisation. Mohamed Merah, Mohamed Boulhel et leurs congénères étaient certainement, à l’origine, des enfants comme les autres ; s’ils ont basculé de l’innocence vers la délinquance et la violence, c'est qu'ils avaient leurs raisons et leur cheminement de pensée qui les ont amené dans une voie dont la seule issue était à leurs yeux et leur esprit, la mort et le terrorisme. Il suffit donc en théorie de retrouver le même chemin pour le suivre dans l’autre sens afin de reprendre ensuite une artère vitale.
Quelle est la voie de la raison ?
Elle repose avant tout sur le fait de montrer et démontrer que le Coran ne peut être la parole de Dieu car il possède dans ses versets une multitude de contre-vérités, de contradiction et d’erreurs. Même si les plus fanatisés et les plus fondamentalistes collectionnent une multitudes de raisons qui justifient les directives coraniques, avec le temps, les arguments et les preuves qui vont avec, il n’est pas une personne équilibrée et sensée qui ne peut reconnaître une réalité partagée par la majorité des scientifiques.
Le problème et la solution sont en dehors des sentiers battus. Il faut aller jusqu’au bout de cette logique et ne pas accepter de demi mesures. Quand un imam en Bretagne s’adresse à des enfants en disant qu’ils risquent de se transformer en singe "et" en porc s’ils écoutent de la musique, tout le monde ou presque condamne ses propos. (voir vidéo ici) Toutefois comme il n’appelle pas à la violence, cet imam fondamentaliste ne peut être juridiquement poursuivit. La majorité des citoyens français admet toutefois que de telles déclarations doivent être interdites et prohibées. Mais qu’en est-il lorsqu’un imam déclare, en reprenant les textes du Coran que les fourmis parlent et connaissent Salomon et probablement en conséquence François Hollande, que Noé a vécu 950 ans et que la terre a été créée en deux jours ! N’y a t-il pas là des contre vérités que les autorités devraient condamner en interdisant les prêches ou les écoles musulmanes susceptibles de propager de tels enseignements ?
Un suicide politique ?
Le problème est qu’un interdisant officiellement le fait d’enseigner des mensonges comme le fait que la terre a été créée en deux jours, les autorités détruiraient en même temps les bases et les fondements des trois principales religions monothéistes. Aller à l’encontre des croyances, même infondées, d’une majorité de citoyens électeurs qui sont aussi chrétiens, musulmans ou juifs, serait une forme de suicide politique.
Il faut savoir ce que l'on veut pour avoir ce que l'on peut !
Si la priorité est de faire cesser les violences et le terrorisme, sans faire d'amalgame et des généralités infondées, il faut donc dénoncer les dogmes et les contre vérités qui sont à la base et aux racines radicales de l'islam et du Coran.